Antonietti dans “METAL FLASH”n°139 ( par JAN MEYER )

Le personnel d’Antonietti
ENTREPRISEAntonietti Serrurerie Menuiseries
EFFECTIFS21
CHIFFRE D’AFFAIRES2 millions d’euros
SURFACE COUVERTE3 000 m²
INVESTISSEMENT À VENIRDéménagement

Antonietti à Exincourt (25)

Cette métallerie est une institution dans le Doubs. Elle a connu des difficultés et a été reprise par deux frères issus de l’aluminium. Un nouveau départ et un nouvel élan qui relancent une équipe expérimentée et connue pour son savoir-faire.

La métallerie et menuiserie aluminium Antonietti allait mal. Ça se savait dans le pays de Montbéliard. Faisant partie d’une holding, son président n’avait pu redresser la barre et éviter la cessation d’activité. Quand, en septembre 2019, les frères Chompret, dirigeants de DZ Aluminium à Strasbourg, reprennent la métallerie à la barre du tribunal de Commerce, ils savaient où ils mettaient les pieds. Créée en 1947 par Geo Antonietti cette structure artisanale au départ s’est progressivement hissée au rang d’acteur majeur de la construction dans le Doubs aillant jusqu’à trente salariés. DZ Aluminium, profilage et négoce de produits aluminium pour les clôtures et les portails (CA 4 millions d’euros, 12 salariés), était fournisseur d’Antonietti. Quand ses dirigeants ont cherché une opportunité de diversification dans cette région, l’attention s’est naturellement portée sur ce client mal en point. « Il y a eu des erreurs de gestion et sans doute d’organisation. Cependant, la qualité du travail et le savoir faire des salariés globalement très expérimentés, nous ont fait prendre conscience du potentiel », raconte Henri Chompret, nouveau directeur général. Que la moyenne d’âge soit relativement élevée et, qu’au moment de la reprise, il y avait une certaine démotivation, n’a pas effrayé le duo de repreneurs. L’expérience militaire de François-Xavier et Henri Chompret, les deux cogérants a sans doute joué. « Il fallait trouver les mots justes, mettre en confiance pour faire le même travail juste un peu plus vite. Mais aussi savoir se séparer des personnes qui ne pouvaient pas rester ». Les réductions d’effectifs (passage de 26 à 20 salariés), ont visé l’administratif qui faisait doublon avec DZ Aluminium et le bureau d’études. La fabrication, la pose et les chargés d’affaires sont restés quasiment inchangés. Il fallait aussi rassurer les clients, dont certains sont des enseignes de renom.

ACTIVITÉ CLASSIQUE ET POLYVALENCE DES ÉQUIPES

L’activité d’Antonietti aussi bien sur la métallerie que sur la menuiserie aluminium vise l’industrie et le tertiaire dans le Grand Est de Colmar à Dijon et d’Épinal à Bâle en alliant conception, fabrication et pose. Les réalisations en métallerie sont classiques : garde-corps, escaliers, passerelles et menuiserie acier (gammiste Forster). En aluminium aussi avec la combinaison de façades en mur-rideau, de cloisons intérieures et de menuiseries (gammiste AluK). Des activités complémentaires avec celles de DZ Aluminium. Parmi les clients, outre les PME industrielles et tertiaires locales, il y a la ville de Belfort, la SNCF, des enseignes commerciales telles qu’Ikea ou Boulanger. Parmi les projets en développement figure celui de devenir sous traitant en métallerie pour les confrères de la région. Pas question cependant d’arrêter la pose : « avoir notre propre équipe sur le terrain permet de garder la réactivité, de pouvoir former des jeunes en pose et de continuer à optimiser la fabrication en vue d’une plus grande facilité d’installation des ouvrages », précise Henri Chompret. « Chez Antonietti, il y a une culture de polyvalence entre fabrication et pose, entre le terrain et l’atelier, nous le voyons comme un atout ». Parmi les autres atouts figure la taille de l’entreprise. « Nous avons une taille quasi industrielle par notre surface de travail comme par les capacités, mais avec un esprit familial », précise le dirigeant. Cette dimension est aussi un moyen d’attirer les jeunes des CFA qui sont plutôt tentés de rejoindre l’automobile avec le site Peugeot pas loin. « L’action en direction des apprentis avait été négligée les années précédentes. Nous avons vite lancé des actions vers les écoles pour accueillir aussi bien des stages Découverte dans les bureaux que les apprentis dans l’atelier et sur les chantiers. Il faut absolument se remettre à former des jeunes en interne, visiter les CFA et leur mettre la pression pour qu’ils ne nous oublient pas ».

DÉMÉNAGER ET TOURNER UNE PAGE

Qu’en est-il de l’outil de production ? Il est complet même si, selon les mots d’Henri Chompret, il mérite d’être modernisé : « avec des machines qui polluent moins, plus polyvalentes, plus compactes et plus précises ». Le plus important reste le déménagement qui avance malgré le ralentissement engendré par la période de confinement. L’atelier actuel occupe une surface de 3 000 m2, il est mal isolé et appartient au précédent dirigeant… Antonietti serait plus efficace avec un local de 1 600 m2, plus récent et mieux équipé. Déménager est l’occasion de revoir en profondeur la nouvelle organisation car l’objectif est ambitieux : « faire grimper à 7 millions d’euros le chiffre d’affaires d’ici cinq ans ». Un nouveau site est aussi l’occasion d’envoyer un signal fort aux clients comme aux salariés et de tourner une page en prévision des cinquante prochaines années.

Mots du directeur : Henri Chompret

Il a 47 ans et son frère François-Xavier en a 45. Tous les deux ont eu un début de carrière dans le monde militaire, histoire de suivre le modèle du père qui a fini général. Si pour François-Xavier, gérant de DZ Aluminium, l’uniforme a correspondu à une vocation, c’est moins vrai pour Henri, directeur général d’Antonietti, qui a pris ce chemin par curiosité. Ce parcours agrémenté par une formation aux Arts & Métiers lui est aujourd’hui utile pour diriger la métallerie. « Que ce soit un capitaine d’infanterie ou d’industrie, dans les deux cas nous servons le pays et nous entraînons des troupes. Nous disons « en avant » et derrière il faut que ça suive ». Henri Chompret passe du temps avec ses équipes dans l’atelier et sur le terrain. « Pour les motiver il faut pouvoir se rapprocher des équipes et savoir reconnaître leurs qualités et leurs compétences ».